Ars Dogmatica

Pierre Legendre

Fantômes de l’État en France

Quel est l’état de la France ? 

À l’époque où fleurissent les doctrines enchanteresses de la transparence totale et planétaire, l’obscure question du centralisme revient sur le tapis. Bavarder pour ne rien dire de significatif mobilise de nouveau les gouvernants et leurs conseillers, les spécialistes du débat public et les fabricants du “story-telling” appproprié.

En vérité, la vieille Nation qui inventa le mot “bureaucratie” est confrontée une fois de plus à la viabilité de ses montages anciens, rafistolés depuis plusieurs décennies par accumulation de mesure en trompe-l’oeil. Mais aujourd’hui, sous la férule de la tyrannie du Marché et du Management généralisé, souffle non plus le zéphyr de la scolastique pro- ou anti-jacobine, mais l’ouragan de la Mondialisation, autant dire un vent de panique…

Au vu et au su d’observateurs extérieurs, l’État français se momifie. Le Monument lézardé de l’Administration mériterait d’être revisité au XXIsiècle par les experts, perplexes devant les trésors si bien conservés : le joyau révolutionnaire du département ou les anciens habits de la fonction publique. Aller à la rencontre des fantômes, c’est faire d’utiles découvertes sur nos manières institutionnelles toujours en vigueur. 

Sans faire retour sur la logique centraliste et ses effets, à l’œuvre dans la conception du pouvoir, son organisation et sa pratique, le dépérissement de l’État se poursuivra, incompris. Gouverner à coups d’expédients gestionnaires ne sera d’aucun remède sans l’interrogation nécessaire sur le sens qui fait la vitalité du lien social et, au-delà de l’Hexagone, la sincérité de l’allégeance à l’Europe. 

Éloigné de la République des idées simples, ce livre appartient au genre scrutateur. Il est à la tâche de se réapproprier ce qui, du passé, nous échoit, et donc de mettre au jour les sédiments politiques et juridiques, mais aussi religieux, sur lesquels repose un très vieux bâti : l’habitat de la Nation française. 

P. L. 

Emblème

Solennel, l’oiseau magique préside à nos écrits.
Le paon étale ses plumes qui font miroir à son ombre.
Mais c’est de l’homme qu’il s’agit :
il porte son image, et il ne le sait pas.

Sous le mot Analecta,
j’offre des miettes qu’il m’est fort utile
de rassembler afin de préciser
sur quelques points ma réflexion.