Ars Dogmatica

Pierre Legendre

État, la désintégration

Seconde partie : État, la désintégration

(…)

La France s’est-elle construite dans la religion de l’État ?

 

De quoi parle-t-on avec le mot religion ? (…) Il signifie que l’espèce humaine, l’animal parlant, ne peut vivre sans être fondé à vivre. Individuelle ou sociale, la raison de vivre est construite avec des mots, une Référence fondatrice à laquelle nous faisons crédit. La religion, c’est du crédit, du fiduciaire. La religion est, si je puis dire, une sorte de banque qui accrédite un discours fondateur.

 

Le pouvoir d’Ancien Régime recevait son crédit de la divinité chrétienne, il était en dette avec Dieu et s’acquittait de sa dette par la répétition rituelle, par des liturgies très élaborées. L’État monarchique était ainsi fondé à gouverner, c’est-à-dire à formuler des règles. Comme tous les montages dénichés par l’ethnologie, l’État à l’occidentale marche comme ça, nous sommes fondés comme citoyens par un montage fiduciaire, autrement dit par une religion. (…)

 

L’État français fortement centralisé est-il compatible avec la construction européenne ?

 

L’Union européenne est-elle aujourd’hui pour les Français autre chose qu’une bureaucratie ? La France a inventé au XVIIIe siècle ce mot qui a fait le tour du monde, et nos moeurs politiques s’accommodent très bien de réglementations envahissantes. Alors que les Anglais et les Allemands sont pointilleux pour défendre leur propre prérogative parlementaire contre Bruxelles, les Français ne sont pas si regardants et se contentent de rouspéter…

 

Après tout, en matière de justice, c’est pareil ; la maxime de la Révolution «Juger, c’est aussi administrer» reste d’actualité, elle en dit long sur nos manières de bafouer la séparation des pouvoirs. Un exemple: quand un arrêt de la Cour de cassation froisse une catégorie sociale capable d’ameuter les médias, nos gouvernants n’hésitent pas à faire voter une loi ayant pour effet de passer cette jurisprudence à la trappe… Et je rappelle la manie de légiférer à tour de bras, jusqu’à produire des textes dont on sait qu’ils ne seront pas appliqués !

 

L’État fortement centralisé est-il compatible avec la construction européenne ? Le désordre juridico-politique que je viens d’évoquer inciterait à vous répondre : oui, car cet État-là est prêt à tout avaler, et l’Europe fourre-tout justifie alors que l’on persiste à n’en rien vouloir savoir.

 

Mais, si l’on sort de cette torpeur, ma réponse est non. Elle découle de mes propos précédents sur l’État et la Nation, sur le fond historique des choses. Construire l’Europe et non pas seulement la supporter, ça supposerait une audace politique qui pour l’heure est absente. Il n’est pas à l’ordre du jour de faire le ménage dans nos structures intérieures françaises, d’injecter une bonne dose d’esprit fédéral dans l’institution du territoire et dans la formation des responsables du système administratif, et surtout d’élargir notre horizon par une réflexion digne de ce nom sur la généalogie du continent. Un continent qui contient aussi la Russie orthodoxe et tout un monde pris de haut par des discours expéditifs. (…)

 

Vous écrivez : « Comment est-il possible de s’intégrer à la désintégration ? ». La crise de l’intégration est-elle la crise d’un État qui se désintègre ?

Avant tout, j’évoquerai le contexte dans lequel votre question s’inscrit forcément: «l’effondrement de la civilisation moderne». Cette formule de Ian Kershaw, historien du nazisme, parle de la dictature hitlérienne qu’il qualifie ainsi: «une forme de souffle nucléaire au sein de la société moderne. Elle a montré de quoi nous sommes capables». Et moi j’ajoute : nos États subissent les effets à long terme de l’Holocauste qui a tué des millions de Juifs. Ce massacre d’une portée bien spéciale veut dire le meurtre de l’Ancêtre dans la culture européenne, dite judéo-chrétienne. C’est le principe généalogique, autrement dit le principe de Raison, qui a été touché. (…)

 

Les attentats à répétition sont-ils également le fruit de cette crise de l’intégration ? En quoi est-ce lié à l’affaiblissement de l’État ?

(…) Je n’ai cessé de fréquenter les institutions ayant particulièrement à dire ceci. La déséducation est devenue une politique, dont on recueille aujourd’hui les fruits. Je réprouve le fondamentalisme sous toutes ses formes, y compris quand, par exemple, au sommet de l’État républicain-laïque, on s’est permis, à l’adresse de lycéens, de faire l’apologie de la provocation des Femen manifestant dans la fameuse Église du Sauveur à Moscou, que Staline en son temps avait rasée pour la transformer en piscine… Et de surcroît, de faire émettre le timbre de Marianne sous les traits d’une Femen ! (…)

 

Ces temps-ci, j’entends un mot étrange: déradicaliser. Il m’a fait penser (et je ne suis pas le seul) à dératiser…. Sans doute ai-je la tête à l’envers, mais je demande: qu’est-ce que ça signifie exactement ? Après la guerre, on parlait de lavage de cerveau. Je ne connais pas la méthode que suppose la déradicalisation chez les spécialistes qui la pratiquent. Et qu’est-ce que ça vaut au-delà de quelques jeunes égarés qu’on ramènera au bercail républicain ? Et les autres ? De même qu’on n’a pas vaincu le nazisme par des arguments, mais par les armes, on ne viendra pas à bout de l’épidémie de ceux qui se donnent pour idéal le meurtre, par des mesures à caractère symbolique.

Une fois de plus, je constate qu’il n’est pas question de s’interroger sur la racine du mal, cette désintégration dont j’ai parlé.

 

Texte en son entier.

Emblème

Solennel, l’oiseau magique préside à nos écrits.
Le paon étale ses plumes qui font miroir à son ombre.
Mais c’est de l’homme qu’il s’agit :
il porte son image, et il ne le sait pas.

Sous le mot Analecta,
j’offre des miettes qu’il m’est fort utile
de rassembler afin de préciser
sur quelques points ma réflexion.